Oct 8, 2018
Booster la performance des usines grâce aux technologies numériques, questions à Yvan Lebredonchel

Les nouvelles technologies sont une opportunité à intégrer dans la stratégie des entreprises. Percevez-vous des freins chez les IAA ?

Effectivement, la plupart des équipementiers et des fournisseurs de solutions numériques nous ont fait part de leur difficulté à convaincre les DG des IAA que ces innovations ne sont pas des gadgets. Beaucoup ne perçoivent pas encore la dimension stratégique et économique des nouvelles technologies. Certains secteurs ont retenu le concept d’usine du futur 4.0 comme stratégique pour gagner en compétitivité : je pense à PSA qui organise des « factory booster day » sur ses sites pour faire travailler des compétences internes, des fournisseurs, etc. à résoudre des problèmes industriels ciblés. Les meilleurs projets sont retenus, testés puis déployés dans le groupe.

Comment les amener à se ressaisir des enjeux liés au numérique et réussir à construire l’usine du futur ?

Cela suppose un changement culturel. Les industriels doivent compter sur l’intelligence collective de leurs collaborateurs associés à leurs fournisseurs pour faire émerger des idées sur des problématiques spécifiques. Ils disent aussi manquer de temps ou ne pas disposer des ressources nécessaires en interne pour mener une veille autour de ces outils. Les équipementiers doivent donc se montrer encore plus proactifs pour les accompagner et faire connaître leurs solutions.

L’étude menée par ARTESIAL et VALORIAL a-t-elle permis de faire émerger des pistes auprès des industriels ou des fournisseurs interrogés ?

Je le crois. Notre étude et l’évènement Valorial Connection proposé le 29 mai dernier ont permis de présenter des cas pratiques proposant des retours d’expériences intéressants. Je pense notamment à la réalité virtuelle, plus accessible que ce que l’on peut imaginer, peu coûteuse, qui permet par exemple d’associer les opérateurs dès l’amont des projets, de valider l’ergonomie et de corriger les équipements sans attendre le montage sur site. Nous avons également vu des solutions exosquelettes et des innovations en matière de simulation ergonomique 3D appliquées à des postes de travail contraignants, permettant de réduire le risque de TMS et d’améliorer le confort des postes de travail. Pour la mesure de performance en ligne, je pense encore à des solutions rapides et peu coûteuses à mettre en oeuvre, plus accessible que les MES traditionnels.

Les industriels doivent compter sur l’intelligence collective pour faire émerger des idées.

Yvan Lebredonchel,
Consultant et associé ARTESIAL