Oct 8, 2018
Booster la performance des usines agroalimentaires grâce aux technologies numériques

Le 29 mai dernier à Nantes, VALORIAL (le pôle de compétitivité agroalimentaire du Grand Ouest, dédié à la recherche et à l’innovation agroalimentaire) réunissait une cinquantaine d’industriels lors d’une « Valorial day ». L’objectif : échanger sur le thème « Boostez la performance de vos usines agroalimentaires grâce au numérique ».

Pour l’occasion nous leur avons réalisé une étude complète comportant un état des lieux du numérique dans les usines agroalimentaires, ainsi que des recommandations aux industriels.


Le contexte

La France apparaît en retard par rapport aux autres pays européens en matière d’utilisation de solutions numériques. Pour autant, les IAA sont précurseurs dans des domaines comme la production, la qualité-traçabilité et la logistique.
Autre constat : les technologies peuvent solutionner certaines problématiques, mais sont perçues comme relativement inaccessibles, et donc trop peu présentes dans les entreprises.


15ème : C’est la place qu’occupent les entreprises françaises sur le podium des usages numériques en Europe 


Les IAA prévoient d’investir davantage dans les technologies numériques dans les trois ans qui viennent, à condition d’être mieux accompagnées, notamment de la part des fournisseurs et équipementiers

La démarche

Après une synthèse regroupant l’ensemble des travaux (livres blancs, colloques ou ateliers) existant sur le sujet, l’étude réalisée par le cabinet ARTESIAL :

  1. Présente un état des lieux du niveau de maturité des IAA face au numérique ;
  2. Analyse leurs attentes, freins et leviers en la matière au travers d’un sondage mené auprès de 57 industriels des IAA et de 11 équipementiers ;
  3. Propose des recommandations et des solutions, rapides à mettre en œuvre, ayant fait leurs preuves au sein d’entreprises pour qui la digitalisation a permis d’accroître les performances.

Les solutions mises en avant pour réussir sa transformation numérique

1 – La réalité virtuelle

Coûts : Quelques k€

Valeur ajoutée :

– Rendre plus concrets les projets de nouveaux équipements/lignes ;
– Associer les collaborateurs à la conception/ appropriation ;
– Apporter des corrections en phase projet .


2 – Les cobots (robots collaboratifs) et exosquelettes (dispositifs d’assistance aux opérations manuelles)

Coûts : De quelques k€ (exosquelettes) à plusieurs dizaines de k€ (cobots)

Valeur ajoutée :

– Aider la réalisation de certaines tâches pénibles ;
– Améliorer l’ergonomie ;
– Gagner en productivité .

3 – Les équipements connectés (iOT) recueillant et diffusant des données en temps réel, combinés à des applications d’analyse (Big Data)

Coûts : Quelques k€

Valeur ajoutée :

– Améliorer la maintenance prédictive ;
– Réduire les consommations d’énergie ;
– Piloter la performance en boucle courte.


Parole d’industriel :

La cobotique doit répondre à notre besoin d’aider les opérateurs dans les tâches difficiles.

A noter : l’étude complète est accessible gratuitement pour les adhérents VALORIAL.