Cube priorisation

Les projets, c’est comme les chocolats, on ne sait jamais lequel choisir

Il existe de nombreuses façons de prioriser les actions et les projets, et notamment celles qui font appel à des critères et des caractérisations. Tout l’enjeu est de choisir quels sont ces critères : le bon choix des critères garantir une bonne priorisation.

La matrice d’Eisenhower est un exemple très connu, qui fait appel à l’arbitrage entre urgence et importance. Nous vous proposons quant à nous la matrice enjeux efforts, où vous chercherez à savoir si les projets vont être faciles ou difficiles, et si les enjeux associés à la réussite de ces projets sont faibles ou élevés.

Matrice enjeux efforts

60% tout de suite plutôt que 100% jamais

Exprimé différemment, on pourrait dire terminé vaut mieux que parfait. Cette maxime nous aide à combattre notre désir de perfection, qui vient sans doute de notre passé scolaire où nous avons appris à trouver la solution unique à un problème bien posé, alors que dans le monde réel nous devons trouver la moins mauvaise des solutions à un problème mal posé.

Modérez vos ambitions, et posez-vous la question : si je fais ça, la situation finale n’est sans doute pas la meilleure que je puisse imaginer, mais est-elle déjà meilleure que ce que j’ai aujourd’hui ?

Vous serez régulièrement contraint de renoncer à des projets. C’est sans doute désagréable, car identifier et réfléchir au projet vous a déjà demandé du temps.

Mais gardez à l’esprit que lorsque l’on priorise, renoncer n’est pas une anomalie, mais bien une étape nécessaire !

Evaluez les ressources

Dans les critères importants pour arbitrer les projets que vous voulez engager, n’oubliez pas les ressources nécessaires pour le réaliser !

Il est fréquent de faire un savant tableau de ressources, de tomber sur 180% de charge, puis de conclure que de toute façon c’est tellement important que par la porte ou par la fenêtre il faudra le faire. Ça ne marchera pas, les ressources ne se créent pas par des incantations.

Il y a de nombreuses opportunités d’avoir des idées de nouveaux projets : nouveaux produits, nouvelles technologies, ou simplement utilisation des outils méthodologiques de type visite comportementale de sécurité, audit du travail au standard, tour de terrain, etc.

Mais (et c’est une bonne nouvelle, si ce n’était pas le cas vous devriez commencer à vous en inquiéter) vous aurez plus de nouvelles idées de projets que de capacité à les mettre en œuvre ! Pas d’états d’âme, avoir identifié plein d’opportunités de progrès c’est bien, savoir choisir lesquelles mettre de côté c’est mieux.

Choisissez bien votre projet